ageroman.org : parcours en Charente
Sommaire
 
Vue de Saint-Michel-d'Entraygues Longitude : 0.10549
Latitude : 45.64232
Localiser sur la carte Fichier pour GPS
 

Église Saint-Michel-d'Entraygues

Nous sommes devant un monument qui a fait couler beaucoup d’encre. En effet, le plan octogonal de l’église Saint-Michel est très original tant en France que dans la région Poitou-Charentes. Située entre trois cours d’eau — inter aquas — dont la Charente au nord, et dédiée à Michel, le prince des anges qui a vaincu Satan, l’église a été édifiée à partir de 1137 par les chanoines réguliers augustins du monastère de La Couronne, tout proche, pour recevoir les pauvres selon la chronique de l’abbaye « ad recipiendum inibi Christi pauperes ». Les Augustins ont multiplié les établissements hospitaliers et Saint-Michel d’Entraygues est sur une route secondaire de la « via santonis » pour le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est un raccourci qui, depuis Poitiers, passe par Charroux, Angoulême et Aubeterre pour rejoindre La Réole. Devenue paroisse au XIIIe siècle, l’église a subi les tourments des guerres de Religion. Les voûtes se sont effondrées au XVIIe siècle. Classée au titre des Monuments Historiques en 1841, elle a été restaurée par l’architecte Paul Abadie de 1848 à 1853. Si le premier niveau est dans son ensemble du XIIe siècle, toute la partie supérieure a été refaite, voire réinterprétée par l’architecte.

L’église Saint-Michel se présente comme un octogone dont chaque face s’ouvre sur une absidiole.

Octogone de Montmorillon (1ère vue) Octogone de Montmorillon (2e vue) Octogone de Montmorillon (3e vue)

Ce plan est rare dans la région et lui donne une grandeur majestueuse ; il se rapproche de celui de la Maison-Dieu de Montmorillon en haut Poitou (sans absidioles).

 

Le soubassement des murs a été repris par Paul Abadie et les blocs romans allongés se distinguent nettement des pierres modernes. Le décor est concentré sur l’absidiole occidentale qui abrite le portailLe portail de l'absidiole occidentale et l'absidiole orientaleLe sanctuaire de l'absidiole orientale qui reçoit le sanctuaire. Le portail en plein-cintre possède un tympan orné d’une représentation de L’ange terrassant le dragonTympan figurant "L'ange terrassant le dragon" qui est une des plus belles pages de la sculpture romane en Charente. L’archange Michel, aux ailes largement déployées, piétine et transperce de sa lance le dragon, symbole du mal, qui est ici un serpent ailé dont la queue s’enroule en anneaux. La composition est dynamique, nerveuse, élégante et s’adapte parfaitement au cadre du tympan. Une inscription en lettres onciales borde le tympan : « faltum (pour factum) est proelium in coelo michael proeliabatur cum dracone » (il y eut alors un combat dans le ciel,  Michael — et ses anges — combattirent contre le dragon). La tête de l’ange a été refaite lors des restaurations par le sculpteur Michel-Pascal.

Les tympans sculptés sont rares dans la région et le thème du Combat de l’ange illustre le plus souvent des chapiteaux comme, par exemple, celui de la cathédrale d’Angoulême.

Tympan de Nanteuil-en-Vallée Tympan de Nanteuil-en-Vallée Tympan de Nanteuil-en-Vallée Tympan de Nanteuil-en-Vallée

Le musée de Poitiers conserve dans ses collections quatre tympans provenant de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée, au nord de la Charente, qui sont décorés d’animaux fantastiques dans un style tout à fait différent.

 

À Saint-Michel d’Entraygues pas de ronde-bosse comme à Nanteuil mais un modelé très linéaire et tendu. Le portail est placé entre deux séries de cinq arcatures aveugles qui prennent appui sur un soubassement et se prolongent sur les absidioles voisines. Les arcsArcature aveugle à décors de de feuillages sont ornés de feuillages entrelacés d’une manière inventive et très décorative.

Les chapiteaux reçoivent un décor d’inspiration végétaleChapiteau à décor végétal, d’animaux fantastiquesChapiteau figurant un monstre ailé et de motifsChapiteau à motifs géométriques disposés de façon à souligner les angles.

En contournant les absidioles, remarquez la corniche à modillons sculptés de masques humainsModillon à figure humaine, d’animauxModillon figurant un animal et de sujets satiriques et grotesquesModillon grotesque  gueule ouverte. Beaucoup de modillons ont été refaits par Paul Abadie. L’ordonnance du portail est reprise avec la même élégance sur l’abside orientale qui tient lieu de chevet.

À l’intérieur de l’édifice, l’ampleur des volumes affirme la majesté du lieu. Une arcade en plein-cintre aux chapiteaux sculptésChapiteau reposant sur des colonnes monolithes (leurs fûts sont taillés dans un seul bloc de pierre) marque l’entrée des absidioles qui sont éclairées par une fenêtre en plein-cintreUne fenêtre en plein cintre et couvertes en cul-de-four. L’absidiole orientale se distingue par un décor plus soigné qui souligne sa fonction de chœur avec sa fenêtre encadrée de trois colonnettes dont les chapiteauxChapiteau à décor d'oiseaux supportent un bandeau biseauté. La totalité des voûtes est l’œuvre de Paul Abadie. Les chapiteaux des colonnes monolithes sont d’origine dans la proportion de 5 sur 8 comme l’a démontré L.-B. Lafarge dans son mémoire de maîtrise en 1994. Ils sont ornés d’un décor végétalChapiteau à décor végétal typique de l’Angoumois. Quelques-uns ont été déposés près de l’entrée de l’église.

 
 
Vue générale Légende Nous sommes devant un monument qui a fait couler beaucoup d’encre. En effet, le plan octogonal de l’église Saint-Michel est très original tant en France que dans la région Poitou-Charentes.
Cliquez pour accéder au cartel
Vu des voûtes et du chœurLégende La totalité des voûtes est l’œuvre de Paul Abadie. Les chapiteaux des colonnes monolithes sont d’origine dans la proportion de 5 sur 8 comme l’a démontré L.-B. Lafarge dans son mémoire de maîtrise en 1994.
Cliquez pour accéder au cartel
Vu des voûtesLégende Vue générale de la voûte
Cliquez pour accéder au cartel
Une des huit absidiolesLégende L’église Saint-Michel se présente comme un octogone dont chaque face s’ouvre sur une absidiole... (détail de l'absiole du sancturaire).
Cliquez pour accéder au cartel
L'ange figurant sur le tympanLégende L’ange terrassant le dragon qui est une des plus belles pages de la sculpture romane en Charente. [...] La tête de l’ange a été refaite lors des restaurations par le sculpteur Michel-Pascal.
Cliquez pour accéder au cartel
Détail du tympan : le dragonLégende L’archange Michel, aux ailes largement déployées, piétine et transperce de sa lance le dragon, symbole du mal, qui est ici un serpent ailé dont la queue s’enroule en anneaux.Détail du dragon
Cliquez pour accéder au cartel
Chapiteau de l'extérieur du l'édificeLégende Un chapiteau de l'extérieur de Saint-Michel
Cliquez pour accéder au cartel
L'absidiole du chœurLégende L’absidiole orientale se distingue par un décor plus soigné qui souligne sa fonction de chœur avec sa fenêtre encadrée de trois colonnettes dont les chapiteaux supportent un bandeau biseauté.
Cliquez pour accéder au cartel